Berlinette Alpine : C'était mieux avant ?

20 Février 2018
Partager sur

« C'était mieux avant! », entend-on de plus en plus souvent en ce début de XXIe siècle. Alors que les conditions de vie n’ont jamais été aussi favorables, la nostalgie fait vendre et le passé n’a jamais été aussi à la mode. Les voitures qui s’en inspirent et le vintage connaissent un succès fou. 

 

Cette nostalgie sans précédent apparaît ainsi à une époque de changement, en grande partie liée à l’essor des nouvelles technologies qui ont déjà commencé à modifier notre rapport aux autres et au monde qui nous entoure. Nous sommes désormais dans l'incapacité de comprendre comment fonctionne la majorité des objets que nous utilisons.

 

Le « c’était mieux avant » traduit les angoisses ressenties face à la disparition d’un monde qu’on a aimé et qui laisse peu à peu la place à une société numérique qui nous fait encore peur. Dans un tel contexte, il devient difficile de se projeter dans l’avenir, raison pour laquelle nous nous tournons vers le passé, un passé glorifié et aux excès bien souvent effacés par la mémoire.

 

Hors cela tombe bien, le passé justement j'y étais et je peux en dresser un bilan d'expert au volant d'une berlinette Alpine 1600 S et 30000Kms dans les mythiques seventies.

 

Un monde où la vitesse était libre, libre selon votre humeur et votre audace de filer et de parcourir les campagnes à folle allure. Léger inconvénient, on y perd beaucoup de belles âmes (20.000 décès par an).

 

Un monde où chaque courbe était une aventure à partir de 30 km/h en fine glissade volontaire ou non ...

 

Un monde à la fiabilité aléatoire, avec les pannes énigmatiques d'un proto digne d'Ikea, et où un démontage ne garantit jamais un remontage.

 

Un monde où les routes ne sont jamais droites, bercé par un lacet permanent d'un train avant à la recherche d'un je ne sais quoi ou d'un presque rien.

 

Un monde de brouillard aussi, qui jamais ne se lève si prés du bitume et un monde d'odeurs, le réservoir sur vos genoux. Pour la musique d'époque le Renault 1600cc pétaradait comme une Ami 6 effarouchée.

 

Un monde où les Michelin FF  si tendres, devaient se changer tous les 4000 kilomètres.

 

Enfin un monde construit autour d'une poutre prompte à vriller à la première acrobatie ...

 

Et pourtant : It was better before !!

 

Bonne chance à la nouvelle Alpine qui fera sans peine mieux que l'ancienne. Elle ne pourra cependant jamais ressusciter une époque où l'hiver empêchait ma berlinette de démarrer, alors que maintenant c'est ma voiture qui empêche l'hiver de démarrer.

 

Jacques A.


matchmycar | Vous simplifier la voiture
initPage('matchmycar','Berlinette Alpine : C\'était mieux avant ?',' #nav-blog '); $.when( $.getScript("https://cdnjs.cloudflare.com/ajax/libs/slick-carousel/1.9.0/slick.min.js"), $.getScript("https://cdnjs.cloudflare.com/ajax/libs/elevatezoom/3.0.8/jquery.elevatezoom.min.js") ).then(function( data, textStatus, jqXHR ) { $.getScript(urlPath+"/js/app/article.min.js"), $.getScript(urlPath+"/js/app/gallery.min.js") }); if (document.createStyleSheet){ document.createStyleSheet('https://cdnjs.cloudflare.com/ajax/libs/slick-carousel/1.9.0/slick.min.css'); document.createStyleSheet('https://cdnjs.cloudflare.com/ajax/libs/slick-carousel/1.9.0/slick-theme.min.css'); document.createStyleSheet('https://www.matchmycar.fr/css/gallery.min.css'); } else { $("head").append($("")); $("head").append($("")); $("head").append($("")); }